· 

Le notaire s'accroche à la succession comme une huître à son rocher

Huit jours après le décès de notre mère, toujours aucune nouvelle de mon frère et je sais que je n'en aurai pas. Il a décidé de ne plus communiquer avec moi, c'est son droit le plus strict  mais lors des successions ça complique singulièrement les choses. 

Donc pour savoir où j'en suis je recontacte l'étude de Xibé.

La standardiste refuse formellement de me passer le boss.

Je m'y attendais

.Elle m'annonce une très  mauvaise nouvelle, 

" Votre frère nous a saisis..."

Merde alors. je m'y attendais mais ça me fait quand  même un choc.

-Mais  Mademoiselle  le notaire n'a pas le droit d'accepter le dossier, il sait parfaitement que mon frère est atteint d'une maladie mentale grave et avérée. 

J'ai lu le règlement des notaires : ceux-ci n'ont pas le droit d'accepter un dossier quand ils savent que la personne n'a pas sa tête, et Me Xiberras est parfaitement au courant des problèmes psychiatriques de mon frère.

D'autre part, ma hère haïssait ce notaire, elle vomissait quand elle entendait son nom, ..."

La standardiste me raccroche au nez...

Je suis dans la merde...   

Je vais devoir me re taper Xibé pendant des mois et des mois voire des années .. oh mon Dieu tout mais pas ça, pas Xiberras, oh non pas ça ! 

Huit jours plus tard, je reçois un mail du notaire de mon frère : 

" Chère Madame..." 

Xibé  ne m'envoie jamais de mail mais quand par exception il le fait ses mails sont formulés de la façon la plus courtoise qui soit, ils commencent toujours par " Chère Madame " et se terminent immanquablement par " Je reste naturellement à votre disposition  bla bla bla "   ça lui permet de montrer à sa Chambre des Notaires qu'il est poli envers moi ! Quel hypocrite !

" je reste naturellement à votre disposition " ... Menteur, menteur, triple menteur. Pendant les quatre longues années où il a été en charge de la succession de mon père, Xiberras ne répondait quasiment jamais ni à mes mails ni à mes RAR et je devais sans cesse lui transmettre mes courriers par l'intermédiaire d'un avocat ce qui m'a coûté une fortune ! 

" Chère Madame,

Vous nous avez fait part de votre souhait de vous adresser à un confrère, veuillez me donner ses coordonnées afin que je me mette en relation avec lui."

 

Mais Nom de Dieu quel menteur !   Jamais je lui ai dit que je voulais prendre un deuxième notaire, je lui ai simplement demander de dégager, de me foutre la paix, il déforme mes propos de façon abjecte comme à son habitude. 

 

 

 

 

 

 

Écrire commentaire

Commentaires: 0